Soins de support médicaux et paramédicaux

Aide à la douleur

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans des termes évoquant une telle lésion. Cette douleur peut être « physique » mais aussi « psychique » c’est-à-dire : anxiété, dépression, colère, culpabilité, .., « sociale » : tracas administratifs, perte de position sociale et/ou familiale, soucis financiers,… ou « spirituelle » : sens de la vie, peur de la mort, ….

On estime, en général, que 30 à 50 % des douleurs sont mal soulagées alors que si la prise en charge est optimale, seule 5% des douleurs sont réfractaires au traitement. Douleurs neuropathiques, composante incidente, phénomène de tolérance,….

La prise en charge de la douleur doit être multidisciplinaire : médecin, infirmière, psychologue, assistante sociale,  aumônier, kinésithérapeute, …

Au niveau médicamenteux, nous suivons les différents paliers de l’échelle de l’OMS. Le palier 1 comprend les non-morphiniques, le palier 2  propose des opiacés mineurs et au palier 3, nous trouvons les dérivés morphiniques. A ces différents paliers se rajoutent les médicaments dits « adjuvants» qui complètent le traitement classique. Au traitement contre la douleur sont associés les traitements de certains effets secondaires comme la constipation ou les nausées.

Nous privilégions la voie orale, facile et qui permet au patient de garder son autonomie mais, selon les circonstances, nous utilisons aussi la voie sous-cutanée ou intra- veineuse.

Lorsque le traitement médicamenteux est insuffisant, nous faisons appel à des techniques propres aux anesthésistes qui sont les péridurales voire des intra-thécales. Nous consultons d’ailleurs régulièrement les membres de la clinique de la douleur dont la collaboration est une aide précieuse.

Une consultation « douleur », assurée par des médecins spécialisés en anesthésiologie, est destinée spécifiquement aux patients de l’Institut Roi Albert II, leur garantissant une prise en charge rapide et adéquate.

Moteur : groupe/Anesthésiologie 

Coordinateur de soins en oncologie – CSO

Afin de garantir une prise en charge de qualité optimale pour tous les patients, l’Institut Roi Albert II a créé une fonction encore unique en Belgique : le poste de coordonnateur de soins en oncologie (CSO). Il est bachelier en soins infirmiers ou est détenteur d’un master en sciences biomédicales.

Outre les médecins, le CSO est le contact du patient au sein de l’hôpital. Il se positionne pour ce dernier en véritable fil conducteur tout au long de son parcours clinique, depuis la mise au point diagnostique jusqu’au suivi post-traitement. Il assure une parfaite coordination entre les différents médecins spécialistes et organise le planning des examens et des traitements afin d’optimiser les chances de rémission du patient. Disponible pour répondre à toutes les questions des patients, c’est la personne clé pour faire le lien entre les différentes phases du traitement et orienter le patient tout en s’assurant d’une bonne compréhension des situations.

Son rôle de coordination ne se limite pas à l’hôpital; il établit aussi des contacts avec les patients lorsqu’ils sont à leur domicile et des contacts avec le médecin traitant et le médecin spécialiste référent afin d’optimaliser la prise en charge par une bonne transmission d’informations.

Par ailleurs, les CSO, qui travaillent en étroite collaboration avec les coordinateurs de recherche clinique médicale, sont responsables de collecter les données médicales des patients. Celles-ci viennent enrichir une base de données, essentielle à la recherche de nouveaux traitements contre le cancer.

Chaque groupe multidisciplinaire bénéficie des services d’un CSO.

Si vous avez besoin d’informations concernant le suivi d’un traitement ou des effets secondaires liés à celui-ci, prenez contact avec le CSO de la pathologie concernée.

Moteur : Fonction/Coordinateur de Soins en Oncologie 

Kinésithérapeutes

Quel que soit votre chemin, n'hésitez jamais à vous tourner vers l’équipe de kinésithérapie ! Ils vous aideront avec grand plaisir ! La maladie, comme les traitements, engendre souvent une altération de l'état général pour laquelle les kinésithérapeutes vous apporteront les conseils ou l'aide utile à tout moment.

Les effets secondaires des traitements, comme la fatigue intense, les cicatrices, les lymphœdèmes, les modifications physiques, etc. sont divers symptômes pour lesquels cette équipe pourra vous aider.

Ils ont également mis en place le projet d’"Exercise Medicine" qui propose un accompagnement structuré dans la pratique d’exercices physiques pendant les traitements.

Les bienfaits de ce programme sont multiples : maintien ou amélioration de la capacité physique, lutte contre la fatigue, amélioration cardiaque et respiratoire, amélioration de la masse musculaire, élimination de la masse graisseuse, diminution des douleurs articulaires, diminution de l’anxiété mais aussi un soutien important grâce à une dynamique de groupe extrêmement positive et soutenante !

Retrouvez ici les témoignages de patientes ayant participé à ce programme.

N'hésitez pas à en parler à votre médecin pour en connaître les modalités ou pour rejoindre nos groupes!

Le folder explicatif est d’ores et déjà accessible ici.

Enfin, si une hospitalisation est nécessaire à un moment de votre traitement, ils seront à vos côtés pour vous accompagner et pour vous aider à rester en forme (maintien physique, aide au désencombrement respiratoire, aide à la gestion des douleurs,...)

En ambulatoire, différentes possibilités de consultations sont accessibles.

Quelles que soient vos questions et vos besoins, n'hésitez pas contacter l'un d'entre eux ! Ils sont là pour vous!

Moteur : Fonction/Kinésithérapeute 

Service diététique

Image removed.Moteur : Les patients de l’Institut Roi Albert II des Cliniques universitaires Saint-Luc peuvent bénéficier des conseils d’un professionnel de la nutrition, lors d’une consultation gratuite.

L’équipe diététique de l’Institut Roi Albert II fait partie intégrante de l’équipe multidisciplinaire du programme de soins en oncologie. Elle a pour objectifs d’assurer au patient un état nutritionnel optimal, d’améliorer sa qualité de vie tout en favorisant le plaisir de la table et en limitant les effets secondaires potentiels des traitements. Ainsi, elles sont présentes pour l’aider à lutter contre des symptômes pouvant survenir durant sa prise en charge. Le patient n’hésitera pas à les consulter en cas de troubles digestifs, nausées, perte d’appétit, perte de poids involontaire, difficultés pour mâcher, pour déglutir ou encore des troubles du goût, etc., et ce dès leur apparition.

Au-delà de la gestion des effets secondaires, la prise en charge diététique permet également au patient d’être plus autonome dans ses choix alimentaires et d’adopter un mode de vie plus sain.

Vous avez des questions concernant l’alimentation ? Vous mangez moins ou différemment ? Vous avez perdu du poids durant ces derniers mois ? N'hésitez pas à prendre rendez-vous auprès de votre diététicien(ne), de préférence à l'adresse e-mail suivante cdc.diet-saintluc@uclouvain.be ou par téléphone au 02/764 37 36. Afin de vous orienter au mieux, merci de mentionner le nom de votre coordinateur de soins oncologiques (CSO) de référence.

Moteur : Fonction/Diététique

Soutien psychologique

L’annonce d’un cancer ébranle le malade tant au niveau physique que psychologique. Il déstabilise également l’entourage et peut provoquer des difficultés d’ordre social. Parfois, les traitements peuvent être lourds et le suivi contraignant. Tous ces facteurs peuvent engendrer des moments de vie difficiles pour le patient et son entourage. C’est dans cette optique que l’assistance d’un psychologue est proposée. Le psychologue peut intervenir à chaque étape de la maladie, soit au sein des différentes unités de soins, soit en consultation.

Moteur : Fonction/Psychologue

Soins continus

Dans certains cas, le traitement visant à guérir la maladie ou à la contrôler n’est plus suffisamment efficace. L’objectif devient alors la préservation de la qualité de vie et du confort du patient.

C’est à ce stade qu’entre en jeu l’ « unité des soins continus ». Cette équipe est constituée de médecins spécialisés en cancérologie, de médecins de famille, d’infirmières, de kinésithérapeutes, de psychologues et de travailleurs sociaux. A cela s’ajoute le concours de bénévoles offrant aux malades et à leurs proches, présence et disponibilité.

Les soins continus ou palliatifs constituent un domaine très spécifique. Ceux qui s’y consacrent y ont été formés. Ils ont bénéficié d’un enseignement sur la relation d’aide, l’écoute, l’encadrement psychologique des malades cancéreux, l’accompagnement des proches, le contrôle des symptômes de la maladie à un stade avancé ou encore la prise de décision basée sur le respect de principes éthiques.

Les membres des équipes de soins continus ont à la fois des compétences communes et spécifiques. La somme de ces compétences concourt à l’atteinte d’un même objectif : le confort et la qualité de vie du malade.

Dans notre centre, l’unité des soins continus est constituée de trois entités : une unité hospitalière, une équipe interface et une équipe mobile.

L’unité hospitalière a plusieurs fonctions. Elle accueille, si nécessaire ou souhaité, les patients en fin de vie et leur prodigue les soins spécifiques requis par cette situation.

Elle permet également d’évaluer l’effet d’un traitement administré à un stade avancé de la maladie ou d’assurer le contrôle optimal de certains symptômes, comme la douleur par exemple. Enfin, il peut arriver que les proches d’un malade en fin de vie éprouvent eux aussi le besoin de «souffler», tant est pesante la période qu’ils traversent.

L’architecture de l’unité hospitalière privilégie à la fois l’intimité et la convivialité. Elle est conçue de manière à permettre le séjour des proches.

L’équipe interface se consacre aux malades dont la fin de vie se déroule à la maison. Elle est consultée lorsque les soignants qui suivent le malade au quotidien (médecins de famille, infirmières…) en émettent le souhait : elle propose son aide pour des soins spécifiques, comme l’administration d’anti-douleurs à l’aide d’une pompe. L’équipe interface est également un trait d’union entre l’hôpital et le domicile.

Enfin, l’équipe mobile « intra muros » se rend au chevet des malades hospitalisés dans les différents  départements de l’institution hospitalière. Elle est, comme les autres équipes, destinée aux malades chez lesquels le traitement visant initialement à guérir ou à contrôler le cancer ne donne plus satisfaction.

L’équipe mobile contribue, elle aussi, à un meilleur contrôle des symptômes, apporte un soutien psychologique au malade ou à ses proches, et aide à déterminer l’orientation à suivre à la sortie du service spécialisé (retour à domicile, service d’accompagnement, transfert vers l’unité hospitalière de soins continus ou vers une maison de repos et de soins, avec ou sans l’aide d’une équipe d’accompagnement…).

Comme l’équipe interface, l’équipe mobile « intra muros » intervient lorsque le service dans lequel est hospitalisé le malade en formule la demande.

Moteur : service/Anesthésiologie