Radiothérapie

La radiothérapie est un outil indispensable dans le traitement d'un grand nombre de tumeurs. Aussi les radiothérapeutes font-ils partie de tous les groupes multidisciplinaires de l’Institut Roi Albert II des Cliniques universitaires Saint-Luc. 
Ils prennent donc une part active au traitement des cancers, aux côtés des chirurgiens et des médecins oncologues spécialisés en chimiothérapie. Ils peuvent définir avec précision le bénéfice apporté par les techniques d'irradiation dans chacun des cas discutés à l'occasion des réunions pluridisciplinaires.


La radiothérapie seule ou en association avec d'autres modalités thérapeutiques permet de guérir un grand nombre de tumeurs. Dans les autres cas, elle vise à contrôler certains symptômes de la maladie, telle la douleur, et permet d'améliorer la qualité de la vie.

Qu’est-ce que la radiothérapie ?

La radiothérapie consiste à irradier, à l'aide de rayons X, les cellules cancéreuses. Celles-ci, souffrant déjà de nombreuses mutations en raison de leur nature maligne, ne survivent pas facilement à une exposition aux radiations. La radiothérapie délivre le traitement sous forme de petites doses quotidiennes supportables pour les cellules normales mais détruisant progressivement les cellules cancéreuses. Cette délivrance fractionnée des rayons a permis de diminuer considérablement la fréquence des effets secondaires et leur intensité. Plus précise, la radiothérapie est également mieux tolérée. Elle est la plupart du temps réalisée en ambulatoire et ne nécessite plus d'hospitalisation.


Deux techniques se distinguent en radiothérapie :

• La curiethérapie, ou radiothérapie interstitielle


Dans certains cas, notamment quand le volume de la tumeur à traiter est petit, on utilise une technique d'irradiation spécifique. Elle porte le nom de curiethérapie (brachytherapy en anglais), dérivé du nom de Marie Curie qui découvrit le radium à la fin du XIXe siècle. 
Selon la zone à traiter, on va injecter de petits grains radioactifs ou insérer de fines plaques radioactives qui vont rester en contact avec la tumeur et délivrer une irradiation lente. L'application (terme utilisé en curiethérapie) se déroule sous anesthésie générale, et, si nécessaire, sous contrôle d'une échographie sophistiquée qui permet de voir l'organe en 3 dimensions. Les calculs de dose (la dosimétrie) sont réalisés pendant l'implantation, permettant à tout moment d'apporter les modifications qui paraissent nécessaires.

Dans notre centre, la curiethérapie est utilisée dans 4 domaines : le mélanome de l'œil (et certaines autres tumeurs), le cancer du sein, les cancers de la peau et le cancer de la prostate. Un domaine supplémentaire est le traitement des chéloïdes récidivantes (cicatrices anormales), mais ceci sort du domaine de la cancérologie.


• La radiothérapie classique ou radiothérapie externe


C'est la technique la plus souvent utilisée pour traiter le cancer par radiothérapie. Elle consiste à irradier la tumeur à l'aide d'accélérateurs linéaires.

Notre service de radiothérapie dispose de 3 accélérateurs linéaires, parmi lesquels le Hi-art, de Tomotherapy, acquis récemment par notre centre et un des tous premiers en Europe. Il permet d'irradier les tumeurs difficilement accessibles, tout en préservant les tissus sains avoisinants.

Pour en savoir plus sur le déroulement d'un traitement par radiothérapie externe, consultez la fiche pratique.

A quoi sert la radiothérapie ?

La radiothérapie est un outil indispensable dans le traitement d'un grand nombre de tumeurs. Seule ou en association avec d'autres modalités thérapeutiques, elle permet de guérir un grand nombre de tumeurs. Dans d’autres cas, elle vise à contrôler certains symptômes de la maladie, telle la douleur, et permet d'améliorer la qualité de la vie.

Type de prise en charge

En principe, il n'y a pas lieu de vous hospitaliser pendant votre traitement par irradiation. Une hospitalisation est envisageable si vous devez être traité loin de votre domicile, en cas de traitement associé à de la chimiothérapie ou, au cas où votre situation l'exigerait. Nous discuterons avec vous du moyen de transport le plus adapté à votre situation.
Si vous utilisez votre propre véhicule, vous bénéficierez d'une intervention de votre Mutuelle. Dans les autres cas, vous pouvez vous faire véhiculer, chaque jour ou à plusieurs reprises dans la semaine, par taxi ou ambulance. Le choix du mode de transport se fait en fonction de votre état de santé. Si vous avez des questions à ce sujet, vous pouvez vous adresser au service social.

Durée

La durée totale du traitement peut varier d'un jour à 7 semaines. La durée est adaptée à l'évolution de votre maladie et dépend de vos réactions. Ne vous inquiétez pas si les spécialistes décident de modifier la durée de votre traitement. Ils peuvent également décider, en cours de traitement, de procéder à une nouvelle simulation. Ils vous en expliqueront également les motifs. Le calendrier qui vous est proposé dès le début de votre traitement est extrêmement important, tant pour vous que pour l'équipe qui vous prend en charge. Il n'est pas conseillé de modifier ce canevas. Si des problèmes imprévus devaient survenir, vous en informerez votre médecin aussi rapidement que possible. Il est fort important d'éviter au maximum les interruptions pendant votre traitement. Une interruption programmée doit avoir l'accord de votre radiothérapeute-oncologue. Ceci n'empêche nullement qu'un appareil d'irradiation peut tomber en panne et que l'on doive, de ce fait, interrompre brièvement le traitement. On estime aujourd'hui qu'une interruption ne dépassant pas 4-5 jours n'a pas de retentissement sur l'efficacité du traitement, mais ceci varie grandement en fonction du type de tumeur traité. N'hésitez pas à interroger votre médecin à ce sujet.

Comment vous y préparer ?

La simulation est la première étape de votre traitement. La préparation se fait à l'aide d'un "simulateur". Cet appareil nous permet de repérer et de délimiter avec précision la partie du corps qu'il convient de traiter. Les repères sont dessinés sur votre peau avec une teinture rouge spéciale à base de fuchsine; parfois il peut être fait usage de petits points de tatouage. Il est souvent nécessaire de procéder à un examen au CT-scanner ou PET CT afin de déterminer, avec d'avantage de précision, la région à traiter. Lors de cet examen, on prend des clichés extrêmement précis de la région à traiter, dans une position identique à celle de votre traitement. Généralement cet examen fait l'objet d'un rendez-vous séparé. Une seconde simulation suivra 7-10 jours plus tard pour confirmer les repères pris au niveau de la peau avant de commencer le traitement proprement dit. La simulation est essentielle au bon déroulement de votre traitement. Elle dure généralement de 30 minutes à 1 heure, ce qui peut parfois paraître long. Vous serez toujours informé du fait qu'une simulation puisse, pour des motifs particuliers, ne pas être nécessaire ou du fait que nous fassions usage de certains accessoires en cours de simulation. Ensuite, votre traitement débutera assez rapidement sous la surveillance du radiothérapeute-oncologue. Des ordinateurs analysent et calculent les données recueillies au cours de la simulation. Le radiothérapeute-oncologue et le radio-physicien déterminent ensemble le plan de votre traitement, la distribution des doses de rayons, la taille des champs à irradier, leur nombre et leur orientation dans l'espace. Ils vérifient ensuite sur l'ordinateur si le plan traitement convient à votre situation personnelle.

La procédure

Avant la première consultation, votre dossier aura déjà été discuté et analysé en réunion multidisciplinaire à laquelle participe votre radiothérapeute-oncologue. Sinon, les données vous concernant auront été transmises au radiothérapeute-oncologue afin qu'il dispose des éléments nécessaires pour déterminer le choix de votre traitement, en concertation avec votre médecin traitant et les autres spécialistes qui vous suivent. Afin de discuter avec vous du traitement le plus approprié, le radiothérapeute-oncologue vous questionnera sur vos problèmes de santé et ceux de votre famille proche. Il vous interrogera également sur vos habitudes. Si vous acceptez le principe du traitement, le médecin vous l'expliquera en détail.

Pour ce type de traitement, vous ne devez pas être à jeun. La position sur la table de traitement sera identique à celle que vous aviez sur la table du simulateur, généralement sur le dos, parfois sur le ventre ou le côté. La partie du corps à irradier est débarrassée des vêtements. Certaines régions du corps, se trouvant dans le faisceau d'irradiation et ne devant pas être traitées, sont protégées. Sur certains appareils, la protection de ces parties du corps est assurée par des blocs métalliques placés sur un plateau, entre l'appareil et le patient (donc pas sur le corps).

Vous devez rester immobile pendant l'irradiation afin d'éviter que les rayons n'atteignent une partie du corps qui ne doit pas être traitée; vous pouvez uniquement continuer à respirer calmement. Pendant l'irradiation, le faisceau est dirigé très précisément sur la partie malade. Les appareils tournent et font du bruit. Même si vous restez seul dans la pièce de traitement, vous restez en communication par un microphone avec l'équipe soignante qui veille sur vous à l'aide de deux caméras vidéo. L'irradiation ne dure que quelques minutes par champs d'irradiation, pour un total approximatif de 15 minutes par jour. Vous ne devenez pas radioactif après la séance de rayons.
Pendant la durée de votre traitement, vous pouvez toujours obtenir un rendez-vous avec l'un des radiothérapeutes-oncologues. C'est également l'occasion de poser vos questions. Le traitement est parfois adapté à l'évolution de votre situation personnelle. Il est possible que l'on utilise un appareil différent de celui avec lequel vous avez débuté votre traitement.
Le radiothérapeute-oncologue détermine quels examens et médicaments peuvent être nécessaires pendant le traitement.

Que se passe-t-il après le traitement ?

Il est possible que l'on vous propose d'autres traitements après l'irradiation. Le radiothérapeute-oncologue, en accord avec le médecin référent et les autres spécialistes, vous examinera régulièrement afin d'évaluer votre situation.

Désagréments

Il est possible que vous attendiez votre tour pour une séance d'irradiation ou une consultation. Nous mettons tout en œuvre pour limiter les attentes. Les retards sont généralement dus aux réglages d'un appareil, à une situation d'urgence, à des difficultés rencontrées lors du placement d'un autre patient, à une demande d'information d'un autre médecin à propos d'un de ses patients. L'équipe qui s'occupe de vous fera tout son possible pour vous expliquer les raisons de cette attente. N'hésitez pas à demander une explication, surtout si vous ne comprenez pas comment les rendez-vous sont agencés.

Effets-secondaires

Comme tout traitement, la radiothérapie peut occasionner des effets secondaires. Ils varient sensiblement d'un patient à l'autre. Ils dépendent de la dose d'irradiation délivrée, de la partie du corps traitée et des réactions de chaque patient. Ils diminuent progressivement au cours des semaines qui suivent l'arrêt du traitement. Beaucoup de patients n'éprouvent que peu ou pas d'effets secondaires. Il va de soi que le traitement de ces effets secondaires est adapté à vos plaintes et difficultés.  Le médecin vous informera quant aux réactions qui risquent de vous affecter. Il vous proposera le traitement le plus approprié à votre état. Il importe que vous signaliez d'éventuelles réactions à l'équipe soignante et au médecin. Un état de fatigue est normal, il disparaîtra lentement.

Fatigue

Repos régulier, promenade courte et exercice léger. Suppléments caloriques et protéiques, vitamines et oligoéléments.

Maux de tête

Prescription d'une médication par le radiothérapeute-oncologue.

Diarrhée

Prescription d'une médication par le radiothérapeute-oncologue et régime pauvre en résidus.

Diminution de l'appétit

Manger plus fréquemment de petites quantités. Avis d'un diététicien si vous le souhaitez.

Anxiété et dépression

En parler; vous pouvez améliorer votre état en vous faisant aider par un psychologue,

en établissant des contacts avec les autres patients et des amis, en utilisant des médicaments appropriés.

Irritation cutanée, prurit

N'utilisez jamais un produit quelconque sans en parler à votre médecin. Le radiothérapeute-oncologue peut vous prescrire des pommades et des soins locaux appropriés.

Perte des cheveux

L'irradiation d'une zone pileuse peut occasionner une perte des phanères (cuir chevelu, barbe, poils pubiens, aisselle, ...). Dans la plupart des cas, les phanères repoussent mois, en fonction de la dose de rayons délivrée. La chute des cheveux peut également être causée par certains traitements de chimiothérapie.

Inflammation des muqueuses

Des médications peuvent être prescrites par le radiothérapeute-oncologue.

Cystite

Boire abondamment, médications spécifiques prescrites par le radiothérapeute-oncologue.

Réponse à vos questions

Il faut attendre longtemps avant de commencer mon traitement. Pourquoi?

Dans certains cas (après chirurgie) il est conseillé de retarder le début du traitement afin de permettre une bonne cicatrisation.

Dois-je arrêter de travailler?

Aux yeux de la Loi, vous avez droit à une incapacité de travail complète. Les effets de la radiothérapie peuvent varier de façon importante d'une personne à l'autre. Certaines personnes se portent mieux lorsqu'elles peuvent poursuivre leurs occupations professionnelles en tout ou en partie. Votre employeur peut également adapter vos horaires.

Puis-je interrompre mon traitement?

Cela n'est pas souhaitable et ne peut se faire qu'en accord avec votre médecin. 

Je me sens fatigué. Pourquoi ?

La fatigue n'est pas seulement due à l'irradiation, elle peut également être liée au stress et à des troubles du sommeil. Elle peut aussi être un signe de dépression. L'avis qui vous sera donné variera en fonction de la cause : en cas de troubles du sommeil évitez les siestes, en cas de dépression ne dormez pas plus longtemps que d'habitude et de façon générale il vaut mieux exercer une certaine activité physique que se reposer plus que d'habitude.  Pendant l'irradiation, votre organisme consomme beaucoup d'énergie. Le sentiment de fatigue ou de faiblesse diminuera lentement après l'arrêt du traitement. Afin de limiter la sensation de fatigue après le traitement, il vaut mieux éviter les efforts excessifs; essayez de dormir plus longtemps et si possible faites une petite sieste.

Comment puis-je éviter les nausées?

Votre médecin peut vous prescrire un médicament adapté. Un léger repas avant l'irradiation peut parfois vous soulager.

Dois-je suivre un régime ou éviter certains aliments?

Votre alimentation doit être variée et équilibrée. Dans certaines circonstances, on peut vous demander d'adapter vos habitudes alimentaires. Il est conseillé de manger lentement, d'éviter les aliments gras et de ne pas consommer de plats épicés, acides, alcoolisés ou très chauds. Il est préférable de manger fréquemment de petites quantités. Le radiothérapeute-oncologue et un(e) diététicien(ne) peuvent vous conseiller.

Que faire en cas de perte de l'appétit?

Pour résister à la maladie, votre organisme a besoin d'un surplus de calories. Une activité physique minime peut stimuler votre appétit. Laissez-vous mener par votre goût et mangez fréquemment de petites quantités. En cas de besoin, faites appel à votre médecin ou à un(e) diététicien(ne).

Dois-je continuer le traitement contre l'hypertension, le cholestérol et le diabète?

Au cours de la première consultation avec le radiothérapeute-oncologue, vous lui mentionnerez les médicaments que vous prenez. Il ou elle décidera s'il est éventuellement nécessaire de changer votre traitement. Normalement, il n'y a pas lieu d'interrompre le traitement instauré par votre médecin traitant ou spécialiste. Si problème il y a, le radiothérapeute-oncologue et votre médecin traitant discuteront d'une solution adéquate.

Comment m'habiller?

Normalement. Il est possible que des vêtements trop ajustés ou des tissus synthétiques puissent irriter la peau. Nous vous conseillons de porter d'amples vêtements en coton. Rappelez-vous que, pendant le traitement, vos vêtements peuvent êtres tachés par les colorants utilisés sur votre peau pour dessiner les repères du traitement.

Y a-t-il des soins particuliers pour la peau?

Cela dépend de la partie du corps qui est traitée. L'une ou l'autre crème ou pommade particulière peut vous être prescrite. D'habitude, nous conseillons d'utiliser des produits cosmétiques doux, sans détergents.

Le traitement modifie-t-il le comportement sexuel?

Nombre de patients éprouvent une modification de leur désir et de leurs relations sexuelles pendant le traitement. En cas de difficultés n'hésitez pas à en parler, des personnes compétentes peuvent vous aider. Lorsque l'on irradie le bassin d'une femme, nous conseillons généralement d'éviter les relations sexuelles pendant et immédiatement après le traitement. L'irritation des muqueuses peut être la cause de rapports douloureux. 

La radiothérapie peut-elle vous rendre stérile?

L'irradiation du bassin peut être la cause de stérilité temporaire ou définitive. La femme doit généralement s'attendre à l'arrêt des règles et à l'apparition d'autres signes typiques de la ménopause. Des traitements spécifiques peuvent être proposés. Chez l'homme, l'irradiation des organes sexuels diminue la production des spermatozoïdes et leur capacité de fécondation. Si vous désirez des enfants et craignez que le traitement puisse vous rendre stérile, il est possible de conserver du sperme congelé avant de débuter le traitement. Pour la femme, il est également possible de conserver des ovules en congélation.

Je suis également une chimiothérapie. Pourquoi?

La radiothérapie est uniquement un traitement localisé. Elle n'agit que dans la zone irradiée. La chimiothérapie agit sur l'ensemble du corps et empêche la dissémination des cellules malignes. Si une chimiothérapie est prescrite, elle peut débuter avant, pendant ou après les rayons. Si elle débute en même temps que les rayons, les doses de chaque traitement peuvent être adaptées selon la nécessité.

Je suis convoqué dans quelques semaines alors que mon traitement est achevé; pourquoi?

Le suivi médical ne s'arrête pas avec l'irradiation. Nous évaluons les résultats et apprécions les éventuelles réactions du traitement; si nécessaire nous instaurons des traitements complémentaires. Des examens particuliers (radios, prises de sang ...) peuvent être nécessaires. Ce contrôle se fait en collaboration avec les autres médecins qui vous suivent. 

Puis-je partir en vacances ?

Oui, à condition que la radiothérapie soit terminée. Votre médecin traitant ou le radiothérapeute-oncologue vous feront part des précautions à respecter. Si nécessaire ils peuvent contacter un médecin résidant aux environs de votre lieu de villégiature. Si vous comptez vous rendre en un lieu ensoleillé, il faut éviter d'exposer au soleil la région qui a été irradiée, surtout la première année qui suit l'irradiation. Si vous vous rendez à l'étranger, nous ne pouvons que vous conseiller de vous renseigner en matière de couverture par la Mutuelle ou par les assurances etc.

Cette fiche fait référence à une brochure de la SFRO (Société Française de Radiothérapie-Oncologie).
L'ABRO (Association Belge de Radiothérapie-Oncologie) remercie la SFRO de l'avoir autorisée à utiliser cette information.

Innovation et expertise

Les techniques d'irradiation ont connu des avancées majeures au cours de ces dernières années. L'apport de l'informatique permet aujourd'hui de localiser la tumeur et de déterminer sa position avec une très grande précision. Il est donc possible d'irradier massivement le cancer en préservant les structures saines avoisinantes. La révolution informatique est loin d'être arrivée à son terme. Elle conduira sans nul doute à de nouveaux progrès dans l'utilisation des rayons.


L'expérience acquise par notre centre dans la définition de la place occupée par la tumeur dans l'organisme et de ses caractéristiques (forme, extension, localisation par rapport aux vaisseaux avoisinants...) est reconnue à l'échelon international (Par exemple : GrégoireV, Scalliet P, Ang KK (éditeurs). Clinical Target Volume in Conformal and Intensity Modulated Radiation Therapy. Springer-Verlag Berlin Heidelberg New York. 2004). Les progrès accomplis en matière d'imagerie sont pleinement mis à profit pour optimiser la façon dont la radiothérapie est délivrée, grâce à une collaboration étroite entre les experts en imagerie, en radiothérapie et en anatomie. L'unité de recherche du service de radiothérapie consacre une partie importante de son activité aux techniques d'imagerie appliquées à la radiothérapie.


L'irradiation des cancers est de plus en plus précise. Des doses massives sont ainsi délivrées sur la lésion tandis que les structures saines avoisinantes sont préservées. Notre appareil Hi-art, de Tomotherapy, permet d'atteindre ces résultats même pour les tumeurs difficilement accessibles.
Les progrès de l'imagerie permettent d'optimiser la façon dont les rayons sont délivrés.


Au total, près de 40 personnes travaillent dans le service de radiothérapie.
Cela inclut également les physiciens médicaux, en nombre aussi important que les médecins.
Leur rôle est de constamment vérifier le bon fonctionnement des outils de pointe, de vérifier la calibration des instruments de mesure,...
Ceci illustre l'attention majeure apportée au contrôle de la qualité des soins : les techniques d'irradiation deviennent en effet de plus en plus complexes et requièrent des appareils de plus en plus sophistiqués. 
L'irradiation a lieu selon une procédure extrêmement rigoureuse. Elle est, dans un premier temps, simulée à l'écran. Les contrôles ultérieurs visent à s'assurer que l'irradiation du patient est en tous points conforme aux données calculées durant la phase de préparation. Ces procédures de vérification très drastiques permettent d'éviter les accidents.


La compétence des experts en radiothérapie de l’Institut Roi Albert II dans le domaine du contrôle de qualité est reconnue à l'échelon international. Elle se traduit par le développement et la publication de programmes d'assurance de qualité qui servent de référence.

Secrétariat de consultation en radiothérapie oncologique

+32 2 764 47 52
Étage: -4 Route: 986