Skin tumours – Melanoma Clinic

Aperçu/Epidémiologie

The King Albert II Institute’s Melanoma Clinic treats patients with malign pigmented tumours, which are also known as melanomas. There are various types of melanoma: the most common is skin melanoma. Presque 3000 patients ont été diagnostiqués avec un mélanome en 2015 en BelgiqueThe frequency of skin melanomas is constantly increasing. et c’est devenu le 5ème cancer en terme de fréquenceSkin melanomas are particularly common in young adults.

The cornerstone of the optimal diagnostic and therapeutic melanoma treatment is a multidisciplinary approach. At our centre, dermatologists, surgeons, oncologists and anatomical pathologists come together once a week in multidisciplinary meetings. This organization helps determine the most appropriate approach for each patient, based on current knowledge.

Risk factors

The main melanoma risk factors are excessive exposure to the sun, especially during infancy and a large number of naevi or birthmarks, especially irregular ones and . The melanoma risk is higher when other cases exist within the family.

Symptoms

The melanoma most often appears on healthy skin, but it can also develop from a naevus. To identify the melanoma early, it is advisable to monitor the appearance of any mole that looks irregular or changes to any existing mole. High-risk patients are advised to visit a dermatologist at least once a year for a full exam.

Diagnosis

The diagnosis of the skin melanoma is confirmed by examination of the lesion under the microscope after it has been surgically excised. All suspect lesions must be excised soon. The consultation at the Melanoma Clinic is arranged as quickly as possible.

Screening

Our Melanoma Clinic organizes "targeted” screening for families in which melanomas have been identified and high-risk individuals, as a large number of moles or lesions increases the risk that these will develop into melanomas.
This screening is carried out every six months by digitized dermoscopy. Photos of high-risk moles are registered and compared over time.

Treatments

La lésion suspecte de mélanome est enlevé totalement ou parfois partiellement (biopsie) et est ensuite analysé au laboratoire par l’anatomo-pathologiste. L’étendue de la ré-excision, effectuée par un chirurgien plasticien, dépend de l’épaisseur du mélanome. Le concours d’un expert en chirurgie plastique permet de réaliser l’exérèse du mélanome en préservant au mieux l’esthétique.

La majorité des mélanomes sont diagnostiqué à un stade précoce souvent appelé stade IA.  Pour ces patients la chirurgie de reprise large est suffisante et leur pronostic à 5 ans est excellent. Certains patients ont des lésions plus épaisses et un bilan d’extension par imagerie médicale (CT-scan ou PET-scan) est demandé.  Ils vont aussi bénéficier outre la chirurgie de reprise large, d’une recherche du « ganglion sentinelle » qui est le premier relais de propagation des cellules tumorales. Si l’analyse du ganglion sentinelle montre qu’il est envahi, il s’agit alors d’un facteur de mauvais pronostic et des traitements complémentaires, aussi appelés traitements adjuvant, sont proposé.

La probabilité de guérison du mélanome au stade débutant est très élevée. Le diagnostic précoce est donc prépondérant.

Thérapies ciblées

Les thérapies ciblées sont de petites molécules inhibant spécifiquement certaines protéines impliquées dans la transduction du signal des cellules tumorales. La moitié des mélanomes cutanés expriment une forme mutée de BRAF qui conduit à l’activation permanente des voies de transduction du signal et donc à la prolifération des cellules de mélanome.  Il existe des médicaments à prendre oralement qui bloque cette protéine mutée (inhibiteur BRAF, Vemurafenib et Dabrafenib). Ils agissent très vite en moins d’un mois parfois.  Des résistances à ces médicaments peuvent apparaître et actuellement ils sont associés à d’autres médicaments (inhibiteur MEK, Trametinib et cobimetinib) qui augment leur activité chez un plus grand nombre de malades et pour une durée plus longue.  En plus, la toxicité de la combinaison (inhibiteurs BRAF + MEK) est moindre.  Les thérapies ciblées BRAF/MEK sont le traitement de première intention des mélanomes cutanés exprimant la mutation BRAF V600.

Immunotherapy

The second advance is immunotherapy and our group has made a major contribution there. We have all lymphocytes able to recognize and destroy tumours. However, in many patients anti-tumour lymphocytes do not manage to kill the tumour. The analysis of immune system resistance mechanisms has enabled several mechanisms to be identified.

Les lymphocytes sont des armes très puissantes qui sont étroitement contrôlés.  Deux mécanismes de régulation ont été identifiés :  l’interaction CTLA-4 / B7 et PD-1 / PD-L1.

The antibodies blocking these interactions have been developed and successfully tested in patients with various types of cancer.

L’ipilimumab est un anticorps dirigé contre CTLA-4 qui va restaurer et prolonger l’activation des lymphocytes T. Il est administré par voie intraveineuse toutes les 3 semaines et les effets secondaires observés sont une suractivation du système immunitaire entrainant des maladies auto-immunes.

Certains patients ont des réponses durables et sont toujours en vie plus de 10 ans sans signe d’activité de leur maladie.  Les anticorps anti-PD-1 tels que le pembrolizumab et le nivolumab ont quasi le même mode d’action mais sont plus efficaces et moins toxiques. Ces résultats montrent que l’immunothérapie pourrait guérir des patients avec un mélanome métastatique. Dans le cadre d’études cliniques, nous essayons d’améliorer encore ces résultats en combinant différents médicaments modulant le système immunitaire chez les patients atteints d’un mélanome métastatique.

Research / Innovation

Le mélanome peut récidiver principalement s’il y a un envahissement ganglionnaire. Actuellement, nous proposons des traitements adjuvants afin de prévenir la récidive.  Ces nouveaux traitements ont déjà montré leur efficacité dans le mélanome métastatique ou non opérable. En effet, le traitement des maladies avancées a drastiquement changé ces dernières années permettant d’augmenter la survie de ces patients voire de guérir une partie d’entre eux. 

At the turn of the century we only had chemotherapy. Two concomitant advances were made : les thérapies ciblées et l’immunothérapie. This new medication is the result of fundamental and transitional research in which Université catholique de Louvain and the Ludwig Institute are trailblazers.

Contact

Pour toute information complémentaire ou demande de rendez-vous, vous pouvez prendre contact avec une Infirmière Coordinatrice de Soins en Oncologie de la clinique du mélanome au +32 2 764 53 16.

Doctor

Paramedical