La recherche clinique

Grâce à la recherche clinique, l’Institut Roi Albert II offre à ses patients les traitements les plus récents et contribue à faire avancer la recherche dans la lutte contre le cancer. Une soixantaine de protocoles de recherche clinique sont en cours à l’Institut Roi Albert II des Cliniques universitaires Saint-Luc.

Qu'est-ce que la recherche clinique ?

La recherche clinique propose aux patients de tester de nouvelles molécules ou associations de molécules avant leur mise sur le marché. Il s’agit d’essais cliniques proposés par l’industrie pharmaceutique mais aussi d’études initiées par les cliniciens de l’Institut Roi Albert II.

Le but de ces essais est double : d’une part, offrir aux patients les traitements les plus récents, d’autre part, faire avancer la recherche dans la lutte contre le cancer.

Grâce au nombre élevé de patients traités dans notre centre et à l’expertise développée, L’Institut Roi Albert II collabore avec bon nombre de firmes. Ainsi, Les patients se voient offrir l’opportunité de bénéficier des tout derniers traitements mis au point dans les laboratoires pharmaceutiques. Ces essais cliniques sont coordonnés en interne par les médecins et les coordonnateurs de recherche clinique médicale responsables du suivi des patients et de la collecte des données. Ils font l'objet d'une surveillance continue et répondent à des critères internes et internationaux de qualité qui assurent la protection des patients et le maintien de soins médicaux de haut niveau.

Les coordinateurs de recherche clinique médicale (CRCM)

Les Coordinateurs de recherche clinique médicale assurent, sous la responsabilité de l'investigateur principal de l’étude et du Coordonateur général de recherche clinique, l'organisation et la coordination des études cliniques.

Le CRCM est le contact de référence, tant pour le patient que pour les différents acteurs impliqués par la recherche. Il est responsable du bon déroulement de l'étude clinique auprès de chaque patient et ce, en partenariat avec les autres professionnels impliqués dans le suivi de l’étude.

Comment participer à une étude clinique ?

La participation à une étude clinique est proposée par le médecin lors du diagnostic de la maladie lorsqu’un patient répond à tous les critères nécessaires pour être admis dans une étude. Afin d’informer au mieux le patient et de pouvoir répondre à ses questions, le médecin organise une consultation destinée à présenter l’étude et son déroulement. C’est au terme de cette consultation que le patient décide s’il souhaite participer ou non à cette étude. Il est important de préciser que le « consentement éclairé » du patient, un document attestant de sa volonté de participer à une étude, peut à tout moment être retiré si le patient le souhaite afin d’arrêter l’essai clinique et être traité suivant les traitements standards.

Les études cliniques sont aujourd’hui sous la surveillance stricte de comités d’éthique et d’une surveillance internationale continue afin que les droits des patients soient respectés et que toutes les informations relatives à l’étude clinique soient bien transmises au patient avant qu’il ne donne son consentement.

L'unité de thérapie innovante

L’unité de phase I de l’Institut Roi Albert II, aussi appelée Unité de Thérapies Innovantes, a pour objectif d’offrir aux  patients  l’opportunité d’être traité par des molécules en phase de développement précoce et pour lesquelles une activité anti- tumorales a été testée en laboratoire et semble prometteuse pour l’être humain.

Par sa fonction universitaire et de recherche, elle souhaite également participer à la validation des traitements les plus adéquats pour les différents types de cancer.

Afin de garantir au patient un maximum de sécurité, les prises en charge  se font dans le cadre de protocoles très précis et rigoureux, dans une structure adéquate et par une équipe spécialement dédicacée et formée  aux différents effets secondaires attendus  ainsi qu’à la gestion d’essais cliniques de phase I.    

Le patient reste cependant tout à fait libre de participer et ne donnera son consentement qu’après avoir reçu une information complète et éclairée de son médecin.

Participer à un essai en développement précoce nécessite un bon état général, une  bonne fonction des différents organes vitaux ainsi que l’absence de comorbidités significatives. Cela nécessite également de la part du patient, une compliance dans les rendez-vous, examens de suivi et prise du traitement. Un suivi médical rapproché et minutieux lui sera garanti. L’évolution de la maladie sera contrôlée à espace régulier et en cas de non bénéfice du traitement, celui-ci sera interrompu.

Le patient sera alors orienté vers d’autres thérapeutiques possibles.

Liste des Coordinateur de Recherche Clinique Médicale