Radio-embolisation hépatique par microsphères

Qu’est-ce que la radiothérapie interne sélective hépatique ou radio-embolisation hépatique ?

La radio-embolisation est destinée aux patients présentant des tumeurs hépatiques, primitives ou secondaires (métastases). Il s’agit d’un traitement ciblé qui délivre des millions de billes microscopiques radioactives chargées à l’Yttrium-90, appelées Y90-microsphères, directement dans les tumeurs hépatiques via le système artériel. Il est réservé aux patients ayant une bonne fonction hépatique.

A quoi servent les microsphères chargées en Yttrium-90 ?

Les microsphères marquées à l’Yttrium-90 peuvent faire diminuer les tumeurs hépatiques. 

Elles peuvent également prolonger la vie de certains patients et en améliorer la qualité en réduisant la progression des tumeurs.

Type de prise en charge

La prise en charge pour ce type de traitement nécessite 2 hospitalisations de 24 à 48 heures à plus ou moins 15 jours d’intervalle.

Durée

Chaque procédure dure environ 90 minutes et est pratiquée en radiologie interventionnelle par un radiologue spécialisé pour cette technique.

Comment vous y préparer ?

Une quinzaine de jours avant le traitement, une première artériographie diagnostique du foie est réalisée par le radiologue. Celle-ci est très importante et apporte de nombreuses informations indispensables à l’équipe médicale. Elle permet de :

  •  fournir une cartographie détaillée du système vasculaire du foie
  • « préparer le terrain » pour la radioembolisation (en occluant certains vaisseaux sanguins qui pourraient être responsable d’une fuite ultérieure de microsphères radioactives lors du traitement)
  • « Simuler le futur traitement » par l’injection d’un traceur (marqué à l’albumine) qui permet d’objectiver sa distribution et concentration au sein des tumeurs du foie, et de mettre en évidence d’éventuelles « fuites » par une accumulation du traceur en dehors du foie. Ce traceur est révélé par une scintigraphie réalisée juste après l’artériographie.

Certains médicaments devront être stoppés plusieurs jours avant cette première artériographie.

Il est très important de signaler une éventuelle allergie à l’iode car celle-ci nécessiterait une prémédication spécifique.

Procédure

Si l’artériographie préparatoire (cfr ci-dessus) n’a pas révélé de contre-indication au traitement (tel qu’une accumulation significative de traceur dans les organes voisins du foie ou au niveau des poumons), la radioembolisation hépatique peut alors être réalisé.

L’intervention est réalisée sous anesthésie locale par un radiologue interventionnel. Il introduit au niveau de l’aine, un petit tube (cathéter) dans l’artère fémorale qu’il va faire remonter jusqu’au foie. Ensuite, les Y90-microsphères vont être administrées directement vers les tumeurs hépatiques où elles vont se loger. Immédiatement après l’injection du traitement, un pet-scan est réalisé afin de s’assurer du bon positionnement de celles-ci.

Que se passe-t-il après le traitement ?

Après l’artériographie hépatique, il est demandé d’immobiliser la jambe pendant 6 heures.

Une surveillance d’une nuit est également nécessaire.

Risques et désagréments

Une douleur abdominale, des nausées ainsi qu’une fièvre modérée peuvent être observés. Des médicaments seront alors prescrits. Il est également possible de ressentir de la fatigue.

Dans le cas de ce type de traitement, l’activité de l’Yttrium-90, est faiblement irradiante en dehors du corps. Nous conseillons de respecter quelques mesures de radioprotection contre le rayonnement : éviter dans les deux semaines qui suivent un contact rapproché et prolongé avec les enfants en bas âge (moins de 10 ans) et les femmes enceintes. Une distance de 2 mètres permet de limiter l’irradiation des proches.

Complications

Dans de rares cas, quelques microsphères peuvent accidentellement atteindre d’autres organes, ce qui nécessite alors un traitement supplémentaire. Entre autres, un ulcère de l’estomac ou du duodénum peut survenir et être en relation avec le traitement. Dans ce contexte, il est prescrit de manière systématique après l’injection des SIRS-sphères un traitement préventif antiacide.

Comme tout traitement invasif, d’autres complications beaucoup plus rares peuvent parfois survenir. Nous vous invitons à vous référer à la documentation spécifique qui vous sera remise lors de la consultation médicale ainsi qu’aux explications et échanges que vous aurez eu avec votre médecin lors de la consultation.

Contre-indications

Un traitement par microsphères ne peut pas être administré à une femme enceinte ou qui allaite.

Le traitement requiert également que la fonction du foie soit normale.

Le retour à la maison

Une activité normale peut être reprise dès le retour à domicile.

Contact

Pour toute information complémentaire ou demande de rendez-vous, vous pouvez prendre contact avec  une Coordinatrice de Soins en Oncologie pour les tumeurs hépato-bilio-pancréatique au + 32 2 764 42 22.