Le neuroblastome chez l’enfant

Epidémiologie

Le neuroblastome est la deuxième tumeur solide la plus fréquente chez le jeune enfant, après les tumeurs cérébrales. Dans la majorité des cas, le neuroblastome se développe chez l’enfant avant l’âge de 10 ans.

La tumeur initiale peut se développer au niveau de cellules du système nerveux sympathique (que l’on retrouve devant  toute la colonne vertébrale) ou dans la partie interne de la glande surrénale. Soixante pourcent des patients présentent d’emblée des localisations métastatiques.

Le comportement tumoral peut être très différent chez les très jeunes enfants âgés de moins de 18 mois. Dans cette tranche d’âge, le pronostic est souvent meilleur et le traitement moins agressif.

Symptômes

Les symptômes sont très variables dans cette maladie.

Si la tumeur est localisée, la tumeur peut donner des symptômes de compression des organes alentours. Par exemple, au niveau abdominal, elle peut causer des troubles du transit ou des vomissements. Si elle s’immisce entre les vertèbres, elle peut comprimer les nerfs moteurs ou sensitifs et causer des troubles de la marche ou de la sensibilité au niveau des membres. Cependant, elle peut aussi être découverte par hasard lors d’un examen d’imagerie médicale réalisé pour un autre motif. Par exemple, on découvert une masse paravertébrale sur une radiologie de thorax réalisée en salle d’urgence pour un tableau initial de bronchite.

Si la maladie est plus étendue, on assiste en général au développement relativement rapide de douleurs osseuses diffuses, souvent insomniantes et à une altération de l’état général.

Diagnostic

Un bilan complet et exhaustif est nécessaire pour pouvoir prendre en charge correctement le patient.

Il comporte

Des examens d’imagerie médicale (imagerie par résonnance magnétique, scanner, échographie, scintigraphie). pour bien définir la topographie de la lésion initiale (connaître ses dimensions précises, savoir si elle s’infiltre auprès d'organes importants)

  • Une collecte urinaire de 24h est effectuée afin de rechercher d’éventuels métabolites produits par les cellules tumorales et éliminés dans les urines.
  • Des ponctions et biopsies médullaires.
  • Une analyse génétique des cellules tumorales afin d’établir la confirmation de la nature exacte de la maladie.

D’autres examens demandés sont importants afin de s’assurer que le patient peut recevoir les chimiothérapies aux doses habituelles :

  • Échographie cardiaque, ECG
  • Etude de la fonction rénale

Traitement

La stratégie thérapeutique est très variable selon l’âge du patient, l’étendue de la maladie et les particularités génétiques des cellules tumorales.

Cela peut varier d’une simple chirurgie à un panel complet associant chimiothérapie, chirurgie, autogreffe, radiothérapie et immunothérapie. Votre médecin vous fera part du schéma indiqué, qu’il établira selon les recommandations du protocole international auquel vous serez invité à participer.

Contact

Pour toute information complémentaire ou demande de rendez-vous, vous pouvez prendre contact avec le secrétariat d'hématologie et d'oncologie pédiatrique au + 32 2 764 23 50.